Sommaire n°27 - juin 2024 :

  • Tente de randonnée, quelles critères pour le confort ? Lire l'article
  • Comment s'habiller pour un trek de plusieurs jours ? Lire l'article
  • Quels sont les meilleurs sac à dos de randonnée Gregory ? Lire l'article

Tente de randonnée, quelles critères pour le confort ?

Vous avez trouvé la tente de randonnée idéale : très légère, compacte, facile à monter. Oui, mais : vous ne pouvez pas tenir assis, vos pieds touchent la toile, la condensation fait du goutte à goutte sur votre tête, votre voisin(e) vous dérange pour aller au petit coin, vous ne savez pas où mettre vos affaires… Bref, ce n’est pas une tente, c’est une galère.

Ce ne sont que quelques exemples pour vous convaincre que prendre en compte le confort est un paramètre important dans le choix d’une tente de randonnée. Ne serait-ce que pour savoir à quoi on renonce ou sur quels critères on accepte de faire des compromis.

Dimensions et volume, ouvertures et absides, condensation, chaleur, nombre de places, RayonRando aborde les différents paramètres à prendre en compte pour vous sentir à l’aise dans votre tente de bivouac.

1) Prendre une tente « surdimensionnée » ?

Vous randonnez seul, mais prendrez-vous une tente 1 place ou une tente 2 places ? A 2, une tente 2 places est-elle suffisante ou vaut-il mieux opter pour une 3 places ?

Prendre une tente surdimensionnée apport un gain de confort évident avec une chambre voire des absides plus grandes. Le volume plus grand peut également réduire la condensation par rapport au modèle plus petit. Chez RayonRando, nous pensons que la question d’une tente « surdimensionnée » se pose si vous partez longtemps, si vous êtes grand ou corpulent, ou encore si vous n’avez pas l’habitude de l’exiguïté d’une tente.

Cependant ce choix présente des contraintes :

Si vous êtes seul, le montage d’une 2 places tout seul est un peu plus laborieux qu’une 1 place ; le volume de la chambre sera également plus difficile à chauffer.

Seul ou à 2, le poids et l’encombrement seront bien sûr plus élevés ; l’emprise au sol sera plus importante ce qui peut être gênant pour trouver une zone de bivouac plate sur des terrains accidentés ; la tente sera également moins discrète.

2) Les dimensions et le volume de la chambre de tente :

Largeur de la chambre :

Si vous bougez beaucoup ou si vous êtes large d’épaules, soyez attentifs à la largeur de la chambre, surtout à 2.

Prenez aussi en compte en particulier le format de vos matelas. Pour votre confort et notamment si vous êtes corpulent, vous pourriez avoir envie d’un matelas large :

Avec 2 matelas de taille regular (standard) soit 51 cm, il vous faut compter 10 cm entre les matelas et environ 10 cm sur les côtés, donc une chambre d’1m30 de large n’est pas de trop pour être à l’aise. Dans la plupart des tentes 2 places, ça passe. Mais certaines 2 places exiguës ne peuvent fonctionner qu’avec 2 tapis de sol mousse qui se chevauchent, voire en dormant en quinconce.

Avec un matelas large et un matelas regular, ça ne passe pas toujours dans une tente 2 places, sauf à coller les matelas, ce qui ne donne pas plus d’espace aux dormeurs qui risquent de se toucher.

Avec 2 matelas larges (63 cm), c’est souvent trop juste dans une tente 2 places. Et si la tente est plus étroite aux pieds qu’à la tête, cela ne passe pas. Dans ce cas, 2 matelas large impliquent en général une tente 3 places ou une grande 2 places.

Longueur de la chambre :

Si vous faites 1m90, il faut y être attentif. Outre la longueur au sol, regardez le profil de la tente côté pieds : parfois la hauteur sous toit est trop faible et les pieds vont toucher la toile.
Une grande longueur, permet aussi de stocker quelques affaires côté tête.

Volume intérieur :

Vous aimeriez vous assoir dans votre tente ? Si c’est juste le temps de changer de vêtement, un volume réduit ne sera pas trop contraignant. Mais si vous voulez lire, manger ou jouer aux cartes, il vous faut un volume suffisant.

La hauteur sous plafond est un premier indicateur. Il faut au moins 1 m en général pour se tenir assis. Mais, la hauteur ne suffit pas regardez aussi le profil de la tente :

- Une tente tunnel n’est haute qu’au niveau de la tête. C’est en général juste suffisant pour se changer.

- Une tente dôme classique offre de la hauteur le long de l’arceau central mais pas sur les côtés. C’est un peu plus confortable, surtout seul, mais c’est plus limité à 2.

- Enfin, les tentes dôme « spacieuses »  utilisent un petit brin central qui permet de tendre les cloisons. Les parois sur les côtés de la chambre sont ainsi verticales, ce qui permet d’avoir un volume presque aussi important en hauteur qu’au niveau du sol.  C’est clairement le type de tente qu’il faut choisir pour avoir un volume intérieur permettant de rester assis et à l’aise longtemps. Ces tentes existent aussi bien en 1 place qu’en 2 ou 3 places.

3) Ouvertures et absides de la tente de rando :

1 ou 2 ouvertures? Latérale ou frontale ?

Certaines tentes ont 1 seule ouverture latérale. Seul, c’est assez pratique. A 2, c’est plus gênant, celui qui n’est pas côté porte doit déranger l’autre pour sortir. Cela crée aussi une contrainte de positionnement de la tente dans certains cas pour éviter la prise au vent.

1 seule ouverture latérale signifie aussi une seule abside assez réduite (et où il faut laisser un espace pour circuler).

- Les tentes avec 2 entrées latérales sont bien agréables à 2 ou 3. Chacun peut entrer ou sortir de son côté et dispose de son abside pour stocker ses chaussures et sac. On peut aussi choisir de tout stocker dans une abside pour sortir de l’autre côté. Par contre, les absides latérales ne sont pas toujours très volumineuse. Elles peuvent être relativement larges au sol, mais se rétrécissent en hauteur. On peut stocker mais pas forcément préparer à manger par eemple.

     - Pour cela les tentes avec une entrée frontale sont plus pratiques. Cette entrée située près de la tête n’offre qu’une seule abside, mais elle est en générale assez spacieuse, parfois prolongée par un brin ou un arceau. Cela permet de stocker les sacs mais parfois aussi, en ouvrant la chambre, d’avoir un espace « de vie » plus grand : on peut s’assoir dans la chambre et préparer à manger dans l’abside s’il pleut. Ces entrées frontales sont plus pratiques quand elles ont un double zip pour sortir indifféremment à droite ou à gauche.

4) La condensation sous la tente de randonnée :

La condensation peut être particulièrement désagréable. Indépendamment de la tente choisie, elle est variable selon les conditions d’utilisations : nombre de personnes, froid, humidité, bivouac près d’un cours d’eau…

Plusieurs éléments peuvent vous indiquer si la tente aura plus ou moins tendance à condenser :

     Les tentes mono-toiles sont par définition des tentes qui condensent. Elles n’ont pas vraiment leur place dans cet article…

     Pour les tentes double-toit les dimensions et le volume intérieur jouent. Plus c’est grand et haut sous plafond, plus la vapeur d’eau pourra se dissiper.

     Dans la même logique, dormir seul dans une tente 2 places générera moins de condensation qu’à 2.

     Nous avons remarqué que des tentes avec abside frontale condensaient peu : la tête du dormeur étant près de la porte moustiquaire et de l’abside, cela favorise probablement l’évacuation de la vapeur d’eau.

     La ventilation de la tente peut favoriser l’évacuation de la vapeur d’eau, en particulier s’il y a un espace suffisant entre les toiles externe et interne et si l’air peut passer par le bas.

     Enfin, le tissu de la chambre peut stopper et diffuser les gouttes de condensation avant qu’elles ne vous tombent sur la tête. Pour cela, il y a parfois un tissu plein sur le haut de la chambre au lieu d’un tissu moustiquaire.

5) Chaleur dans la tente en trek :

Si vous dormez seul dans une tente volumineuse, vous aurez plus de mal à la chauffer (et à vous réchauffer) que si vous dormez à 2 dans une petite tente. Il faut parfois prévoir un duvet un peu plus chaud dans ce cas.

Le tissu de la chambre est parfois tout en moustiquaire, ce qui laisse passer les courants d’air, mais parfois le bas des parois est en tissu plein pour couper le vent.

Enfin, la toile extérieure couvre plus ou moins la chambre. Certaines toiles ultra-légères sont « profilées » (toiles de tente Nemo) pour utiliser moins de tissu, mais offrent une moindre protection au vent.

La toile de tente Superlight Pyramid Mesh

Ici le bas des parois est en tissu plein pour couper le vent

En conclusion :

Si vous êtes grand ou corpulent, vous devriez être plus attentif que les autres au confort, notamment volume et dimensions. L’exigüité peut être très contraignante.

Chez RayonRando, on trouve que la chasse aux grammes peut justifier un certain renoncement au confort lorsqu’on part sur le week-end ou la semaine, ou quand on alterne hébergement en dur et bivouac.

Par contre, quand on part longtemps, le manque d’espace et de confort peuvent devenir vraiment pénible au quotidien. Pour profiter pleinement de son trek, il peut être pertinent de prendre un peu plus lourd au bénéfice du confort.

Enfin, si un des randonneurs n’a pas l’expérience du bivouac, choisir une tente confortable est plus sûr pour qu’il profite de son trek, et qu’il ait envie de recommencer.

Comment s'habiller pour un trek de plusieurs jours ?

A la veille de partir en trek, vous vous demandez quel t-shirt ira le mieux avec votre pantalon dézippable et quelle polaire mettra le mieux en valeur votre teint halé ? Certes, je vous comprends, mais vous avez aussi une contrainte d’encombrement et de poids.

Il va falloir optimiser votre habillement pour passer plusieurs jours en nature avec des vêtements de randonnée adaptés aux conditions, en étant le plus à l’aise possible dans la durée, le tout avec un nombre de changes forcément limité.

Pas de panique, RayonRando vous aide à faire le point sur votre habillement pour partir plusieurs jours en randonnée.

Nous vous parlerons d’un trek d’été en conditions ordinaires, sans évoquer spécifiquement les contraintes additionnelles d’un trek d’hiver ou par grand froid.

Il faut envisager successivement : la tenue pour la journée, la tenue pour le soir, les accessoires indispensables. Et bien sûr, le nombre de changes et le lavage durant le trek.

     1) Quels vêtements de randonnée pour la journée en trek ?

1ère couche :

     - Chaussettes : en matière synthétique, laine mérinos voire lin, mais pas en coton ni laine standard qui resteront humides et favoriseront les échauffements. Pensez à prendre une hauteur de chaussette qui dépasse la tige de la chaussure pour permettre l’évacuation de la transpiration.

     - Quels sous-vêtements pour la randonnée ? Légers en synthétiques ou mérinos. S’ils sont en coton essayez de les choisir aussi fins que possible pour limiter la transpiration et faciliter le séchage rapide après lavage.

     -T-shirt manches courtes : là aussi en synthétique ou mérinos pour l’évacuation de la transpiration, un séchage rapide et moins d’odeurs. Le coton est à proscrire. Attention aux débardeurs qui exposent les épaules aux coups de soleil et aux frottements du sac à dos.

     -T-shirt manches longues, chemise plutôt qu’un t-shirt manches courtes ? Certains préfèrent avoir les bras couverts pour se protéger du soleil. Dans ce cas, je trouve la chemise plus pratique car on peut retrousser les manches si besoin.

     -Pantalon de randonnée ou short. Le pantalon de randonnée dézippable est bien pratique. Il permet de démarrer en pantalon à la fraiche et de le convertir en short quand le soleil brille.

     - Une première couche thermique ? Chez RayonRando, on n’est pas fan de la première couche thermique hors hiver (t-shirt / collant). Ce n’est pas pratique à enlever quand on a chaud et on a rapidement trop chaud dans les montées. La transpiration peut s’accumuler et créer des ponts thermiques

2ième couche :

Indispensable pour démarrer à la fraiche le matin et pour les variations météos durant la journée.

     Chez RayonRando, nous préférons prendre une polaire légère et respirante, pas trop chaude donc, mais qui régule bien la température sans accumuler la transpiration.

     Une polaire à zip complet est bien plus pratique qu’une polaire à quart de zip : on peut l’ouvrir dès qu’on a chaud et la refermer aussi vite lors d’un passage à l’ombre.

La polaire femme Paula de Pro-X est chaude et respirante et est dotée d'un zipp complet.

3ième couche :

Elle a une double utilité : protéger de la pluie, mais aussi protéger du vent et partiellement du froid.

Il y a un choix à faire entre :

     Une cape de pluie, qui peut couvrir le marcheur et le sac à dos. Dans ce cas, il faut aussi prévoir un petit coupe-vent pour se protéger du vent quand on n’a pas la cape. Je ne prends pas de pantalon de pluie dans ce cas.

     Une veste de randonnée imperméable et respirante associée à un pantalon de pluie. Il faut dans ce cas prévoir une housse de sac à dos. Le pantalon de pluie entièrement dézippable est vraiment très pratique pour se couvrir et découvrir rapidement. Le pantalon avec un zip partiel est plus léger, mais il faut enlever les chaussures pour l’enfiler. C’est un peu galère. C’est une solution à choisir éventuellement pour un usage d’appoint.

Entre les 2 options, nous n’avons pas tous les mêmes préférences chez RayonRando. Cela dépend aussi de la destination et des conditions atmosphériques attendues (terrains exposés au vent notamment). Pour bien choisir, je vous invite à lire notre article : « Veste de pluie ou cape de pluie ? »

         2) Quelle tenue du soir en randonnée ?

S’habiller au bivouac nécessite des vêtements un peu plus chauds que pour dormir en refuge.

Il faut impérativement disposer d’une tenue sèche pour se changer en fin de journée après la toilette. Si vous conservez les vêtements dans lesquels vous avez transpiré, vous serez moins à l’aise, plus exposé au froid, et vous ne pourrez pas les laver et les faire sécher.

1ère couche :

     Chaussettes : avoir 1 paire dédiée au bivouac et qui restera propre et sèche

     T-shirt à manche courte ou longue selon votre besoin.

     Le t-shirt et le collant thermique peuvent être un complément, mais souvent la polaire suffit (surtout si on veut rester léger).

     Le  Pantalon.

2ième couche :

Une polaire différente de la journée, pour qu’elle reste propre et sèche.

Cette polaire doit être plus chaude que la polaire de la journée puisque vous serez statique et avec des températures plus basses.

Un quart de zip peut suffire car le besoin de protection thermique est permanent en général.

Certains préfèrent une doudoune, compactable et très agréable.

Il peut être un intéressant de pouvoir superposer la polaire de la journée et la 2ième couche du soir lorsque le froid est vif et aussi par sécurité (si vous êtes immobilisé par une blessure par exemple).

3ième couche :

Le coupe-vent et la veste de pluie de la journée suffisent en général.

     3) Quels accessoires vestimentaires sont indispensables en randonnée ?

Même si vous attendez des conditions douces ou chaudes, il est nécessaire de prévoir de quoi se protéger du froid. Outre les aléas météos, vous pouvez être plus sensible au froid si vous êtes malade ou blessé. Il y a aussi le risque de passer la nuit ou plusieurs heures dehors en cas de blessure. Prévoyez donc : bonnet, tour de cou, gants (et bien sûr la couverture de survie).

Le chapeau et la casquette sont bien sûr très utiles. J’aime bien la casquette avec saharienne. Elle n’offre pas la prise au vent d’un chapeau mais permet de couvrir la nuque, et de moins se tartiner de crème solaire.

Faut-il des guêtres en randonnée ? Les guêtres sont utiles si anticipez de marcher sur des sols très humides : la neige bien sûr, mais aussi les herbes hautes, les zones marécageuses ou les tourbières. Elles évitent l’entrée de l’eau dans les chaussures et de tremper le bas de pantalon. Elles peuvent être intéressantes pour éviter d’avoir des cailloux dans la chaussure sur certains terrains (des guêtres courtes « stop-tout » sont suffisantes dans ce cas). En dehors de ces conditions, c’est un accessoire optionnel, dont on peut se passer pour s’alléger.

Les Guètres Zoulan d'Elementerrre permettent la protection de vos tibias et de vos chevilles contre l'humidité et le sable notamment

     4) Quels tissus et matières pour les vêtements de randonnée ?

Les tissus à privilégier en randonnée :

Certaines matières pour les tissus de randonnée permettent :

     - d’évacuer rapidement la transpiration pour rester sec et bien réguler la température ;

     - de ne pas prendre trop d’odeur, pour être utilisé plusieurs jours sans lavage ;

     - de se laver facilement à l’eau froide et de sécher vite.

Il s’agit des textiles synthétiques, de la laine mérinos et secondairement du lin. Ces matières sont parfois associées pour maximiser les effets bénéfiques. D’autres fibres sont parfois associées aux fibres synthétiques pour leurs propriétés anti-bactériennes (donc anti-odeur), telles que le lyocell (fibre issue du bois) ou des fibres tirées du bambou ou de la noix de coco.

Les matières à éviter :

A l’inverse, il faut proscrire le coton ou laine standard ; ces matières :

- conservent l’humidité, ce qui génère des ponts thermiques et augmente donc la sensation de froid.

- favorisent le développement des bactéries et des mauvaises odeurs associées, ce qui est pénible quand vous ne pouvez pas laver.

- sèchent mal quand vous les lavez, ce qui pose un problème pour repartir randonner le lendemain.

- et sont souvent plus lourdes que les autres matières citées.

     5) Combien de changes faut-il prendre pour un trek de plusieurs jours ?

Cela dépend de vos contraintes (trek autonome, rando vélo, trek avec portage ou itinérance avec véhicule). Mais cette question devient cruciale si vous portez tout dans votre sac à dos durant plusieurs jours. Il vous faudra optimiser le poids et l’encombrement.

Voici nos usages chez RayonRando :

     - Chaussettes : 2 paires pour la journée, pour être sûr d’avoir une paire sèche le matin et pouvoir laver l’autre. 1 paire uniquement pour le soir, qui fera tout le séjour sans lavage.

     - Sous-vêtements : question sensible… On vous laisse juge. L’important c’est d’être à l’aise dans son slip... Dans tous les cas, sélectionnez les articles les plus légers de votre garde-robe (mais confortables), pour pouvoir les laver et sécher rapidement.

     - T-shirts : 2 pour la journée, dans la même logique que les chaussettes, et 1 pour le soir. Pour quelques jours, on pourrait se contenter de 2 t-shirts, 1 qu’on porte et 1 qui sèche. Mais c’est un peu risqué s’il pleut beaucoup.

     - Pantalon / short de randonnée: il faut 1 pièce pour le jour et 1 pour le soir. Si vous prenez un short, il est peut-être judicieux de prévoir 2 pantalons, en cas de jour de pluie. Tandis qu’avec un pantalon dézippable, vous pouvez vous contenter de 2 pièces en tout. Les pantalons de randonnée techniques sont très légers et sèchent vite.

     - 2ième couche thermique : 1 polaire pour le jour et 1 polaire ou doudoune pour le soir. C’est bien de pouvoir les superposer en cas de besoin (froid, accident).

Laver et faire sécher ses vêtements de randonnée :

Pouvoir laver et faire sécher rapidement est la meilleure solution pour limiter le nombre de changes.

     - Il faut privilégier les tissus à séchage rapide : vous devez pouvoir les laver dès la fin de la rando pour qu’ils soient secs le soir même. Il est utile d’avoir 2 pinces à linge pour pouvoir fixer sur le sac à dos un t-shirt encore humide le matin.

     - Les tissus doivent pouvoir se laver ou rincer facilement à l’eau froide et s’essorer sans crainte.

Sur ces 2 aspects, il est plus simple d’utiliser du synthétique. Le mérinos, quant à lui, est plutôt une option où on garde le vêtement sans le laver.

Le coton est inadapté car le séchage est lent, ce qui peut en plus générer des mauvaises odeurs.

En conclusion :

Constituer son trousseau de vêtements pour le trek est presque un art de l’effeuillage : quel vêtement puis-je laisser tomber et lequel est indispensable ?

Sur un trek long, la clé pour limiter le poids et l’encombrement est de pouvoir laver et sécher rapidement. Cela peut être délicat pour certaines destinations bien humides (Islande, Ecosse…). Dans ce cas,