Sommaire n°4 - Juillet 2022 :

Avoir de l’eau potable en randonnée Lire l'article

Tente ultra-légère ? Oui, mais… Lire l'article

Refuge et monument historique Lire l'article

Porte-folio : le Mont Thabor Lire l'article

 

 

 

 

 Avoir de l’eau potable
en randonnée

  

Trouver de l’eau potable en randonnée est parfois une vraie difficulté, soit parce que les points d’eau manquent, soit parce que l’eau accessible est non potable ou douteuse. Si on peut se priver de nourriture quelques temps, manquer d’eau durant l’effort devient très vite un problème puis un danger.

Dans cet article, je vous propose quelques idées et bonnes pratiques pour avoir de l’eau potable en randonnée.

  

  

Solution 1 : trouver de l’eau déjà potable

Solution 2 : purifier une eau « douteuse »

Lire la suite

Retour au sommaire.

  

 

 

 Tente ultra-légère ?
Oui, mais…

 

Le poids étant le vieil ennemi du randonneur, il est tentant de s’équiper d’une tente ultra-légère pour mieux supporter son barda. 1 kg , 1,5kg, voire moins d’1 kg. Ça fait rêver. En plus, quand c’est très léger, c’est souvent très compact, ce qui est bien agréable également.

Si les avantages ne nécessitent pas de longues explications, je veux, dans cet article, attirer votre attention sur les limites et les contraintes d’une tente de randonnée ultra-légère.

C’est en pesant le pour et le contre, qu’on s’assurera que les grammes en moins ne sont pas des galères en plus…

Vous cherchez une tente très confortable, super solide et ultra-légère ? Je crois que ça ne va pas être possible… Il va falloir trouver les bons compromis.

Lire la suite 

 

Retour au sommaire.

  

 

 

 Dormir dans un monument historique : le Berliner Hutte

 

Personnellement, je préfère le bivouac… Mais j’ai séjourné, il y a quelques années, dans un refuge qui m’a laissé un souvenir marquant : construit à la fin du 19ième siècle, il est classé monument historique.

Plein de charme, le Berliner Hutter est un refuge tyrolien. Il faut donc aller en Autriche pour découvrir ce bel ouvrage. Il se situe sur les hauteurs, au fond de la vallée du Zillertal, à 2042 m d’altitude, non loin de la frontière italienne. Une région particulièrement prisée des randonneurs et que je vous recommande.

 

 

 

Petite et grande histoire :

 

Inauguré en 1879, le Berliner Hutte fut classé monument historique en 1997 et entièrement restauré.

Lors de sa construction, c’était un refuge ultra-moderne avec sa propre usine hydro-électrique et la première ligne téléphonique du fond de vallée du Zillertal.

Le refuge est administré par le Club Alpin Autrichien. J’ai lu sur place un fait qui mérite d’être signalé. Après l’Anschluss, le club alpin autrichien fut l’une des rares organisations à rejeter l’ordre d’expulser ses adhérents juifs.

 

 

On s’y sent bien :

 

Lambrissé de pin, c’est un lieu particulièrement cosy où vous apprécierez de vous poser après la randonnée.

La pièce de restauration avec ses 5 m sous plafond est très agréable. L’ensemble du refuge dégage une atmosphère surannée avec sa déco ancienne : on est transporté dans une autre époque. Aux murs, les trophées, accessoires et vielles photos donnent l’impression que le temps s’est arrêté.  Bref, on s’y sent bien.

Ce n’est pas une raison pour faire du sur place, il y a un beau parcours à faire autour… Nous avons poursuivi notre route par une grimpette aérienne vers le Schonbichler Horn (3134 m).

Le Berliner Hutte vous offre une étape cosy et historique au milieu d’un beau parcours alpin. N’hésitez pas à y faire une halte.

 

 

Retour au sommaire.

  

 

 

 Porte-folio :
le Mont Thabor  

  

 

   
  
    
 

 

Retour au sommaire.

 

Votre avis nous intéresse :

Si vous avez 3 minutes, dites-nous ce que vous avez pensé de ce 4ème numéro. Cela nous permettra d'améliorer les suivants : Je donne mon avis

  
A suivre :

Comment le principe de Bernouilli gonfle votre matelas.

Comparatif : Hogan UL vs Hubba Hubba

Livre : Alexandra David Neel : l’aventurière qui n’a pas froid aux yeux

Teasing : bientôt l’Islande