Sommaire n°6 - Septembre 2022 :


Islande : trek du Landmanalaugar à Skogafoss. Lire l'article

Test : bâtons pliables ou bâtons télescopiques ? Lire l'article

Entretenir son sac de couchage en duvet. Lire l'article

 

 

 Islande : le trek
du Landmannalaugar à Skogafoss

 

L’Islande ! Voici une destination que je place à mon Panthéon des terres de randonnées.

J’ai l’impression d’y être aux origines de la terre. Un territoire tourmenté et sauvage où la lave semble pouvoir surgir à tout moment. Des glaciers, posés sur un sol noir, aux pieds desquels s’échappent des fumeroles ; des terres qui mélangent des couches improbables de rouges, verts, bleus, jaunes, comme en fait mon fils avec sa « peinture à main », des mousses fluo sur lesquelles éclosent de délicates fleurs blanches, des rivières d’eau chaude bien connues, des baignoires d’eaux chaudes bien cachées.

Bref, c’est le pied !

Vous aimez la fraicheur ? Vous trouvez les vents violents très tonifiants ? La pluie vous requinque ? Ça tombe bien, c’est exactement le temps qu’il fait en Islande lorsqu’il fait beau.  

En dehors de ces particularités climatiques, qu’il ne faut pas négliger, c’est un pays parfois rude mais toujours charmant.

Je vous propose ici le trek de référence qui vous mènera du Landmannalaugar jusqu’à Thorsmorsk (également appelé trek de Laugavegur), où beaucoup s’arrêtent, mais pour moi, ça vaut vraiment la peine de le prolonger d’une journée jusqu’à la mer à Skogafoss.

 

Les avantages :

 

  • Le trek est facile d’accès en bus depuis Reykjavik (aussi bien le point de départ que l’arrivée) ; il est situé au sud-est de l’ile et peut donc se faire même si on n’a que quelques jours.
  • Il offre une énorme diversité de paysages. On en prend plein la vue. J’en rêve encore…
  • Le parcours est bien tracé, on peut au choix bivouaquer ou loger en refuge tous les soirs.

 

Côté difficultés :

 

Côté terrain, le parcours est sans grande difficulté jusqu’à Thorsmork (sols souvent souples et dénivelés modérés). Mais il faut intégrer les points de vigilance suivants :

  • Tenir compte de la météo ; différer le départ du jour si le brouillard s’installe (gare au risque de se perdre) ;
  • Être bien équipé pour affronter tous les temps (pluie, vent, froid) : vestes et pantalon de pluie (oubliez la cape de pluie), bonnet, gants, vêtements chauds, etc… Mais aussi short (pantalon convertible plutôt) et maillot de bain
  • Intégrer qu’il vous faudra traverser à gué quelques torrents particulièrement impétueux aux eaux « saisissantes ». On cherche parfois où traverser. Prévoir des sandales d’eau.

Attention, la dernière étape entre Thormsork et la mer est moins fréquentée et plus exposée dans sa première partie : on prend un peu d’altitude, c’est plus physique, plus exposé aux intempéries (avec de grands piquets jaunes pour se repérer en cas de brouillard) et il faut traverser quelques langues glaciaires. C’est une grosse journée. A éviter si vous n’êtes pas sûr de vous ou si la météo se gâte vraiment. Certains prévoient cette étape en 2 jours.

C’est donc un trek de 4 à 6 jours.

  

Sens du parcours : il se fait en général de la terre vers la mer, donc au départ de Landmannalaugar, avec plus de descente que de montée. Mais on peut aussi le faire dans l’autre sens et passer un peu de temps à Landmannalaugar (cf juste après).

  

Départ de Landmannalaugar :

 

Vous ne vous sentirez pas seuls au camp de base, mais rassurez-vous la somptueuse rivière d’eau chaude est assez grande pour tout le monde. Le bain est un délice et vous pouvez vous déplacer pour choisir le meilleur endroit : chaud, bien chaud, très chaud ou un peu cuit… Les environs sont fabuleux et méritent une première balade.

Voici les 4 premières étapes « « classiques ». Elles permettent de rejoindre un refuge et dormir à l’abri ou bivouaquer ; Elles ne sont pas très longues mais il ne faut pas sous-estimer l’impact possible de la météo, les passages à gué et leur rituel déshabillage / rhabillage, le temps à admirer le paysage en produisant des « ouaouh ! ».

 

  • Etape 1 : Landmannalaugar - Hrafntinnusker

La palette de couleur la plus folle de tout le parcours. On aurait besoin d’un bon cours de géologie pour comprendre comment c’est possible. Et les obsidiennes noires qui brillent au soleil. Il y en a pour tous les goûts.

 
 

  • Etape 2 : Hrafntinnusker - Alftavatn 

Fumeroles, marmites bouillonnantes, mais aussi glaciers, lacs, terre noire plantée de pierres volcaniques et de fleurs improbables. Ouaouh !

 

 
 

 

  • Etape 3 : Álftavatn - Emstrur

Parmi les beautés du jour, un profond canyon multicolore qu’on longe en fin de parcours. Les glaciers à l’horizon. La « joie » renouvelée des passages à gué…

 
 

 

  • Etape 4 : Emstrur - Thorsmork

Aux environs de Thorsmork, le paysage change (encore) avec une végétation de bouleaux tout à fait inhabituelle, puis le lit de la riviere à Thorsmork, qui est large comme un delta de fleuve. Si vous avez le temps, de l’autre côté, il y a un canyon dont les parois verticales sont entièrement tapissées de verdures.

 
 

 

Dernière étape : stop ou encore ?

 

On peut s’arrêter à Thorsmork et reprendre le bus, ce que font beaucoup de gens. Mais cette dernière étape est somptueuse : une grande montée de 900 m avec un passage au milieu des glaciers, le col de Fimmvorduhals puis une descente le long de 900 m de cascades toutes plus impressionnantes les unes que les autres. On finit par l’énorme cascade de Skogafoss (62 m) et le bord de mer. C’est encore différent et tellement spectaculaire !

 

 
 

Cela fait toutefois une grosse journée de rando et c’est plus sportif et exposé que le reste du parcours pour la première partie (montée et passage entre les glaciers avec des piquets jaunes pour repérer le chemin). Certains la font en 2 jours (ce serait au total 27 km +1100m/ -1300m). Je l’ai fait 2 fois en une grosse journée à chaque fois (il faut dire que les jours sont longs).

A vous de voir…

 

Retour au sommaire

  

 

 Test : bâtons pliables
ou bâtons télescopiques ?

 

Au moment de choisir vos bâtons de randonnée, plusieurs options techniques s’offrent à vous : les bâtons pliables, les bâtons télescopiques à vis et les bâtons télescopiques à loquet.

Nous vous expliquons comment orienter votre choix entre ces 3 types de bâtons de rando en fonction de vos besoins.

Il y a plusieurs critères à prendre en compte.

 

Le poids : avantage au bâton télescopique

 

Si le poids est un critère important pour vous, parce que vous souhaitez randonner léger ou que vous trouvez agréable d’avoir des bâtons très légers en main, l’avantage va aux bâtons télescopiques :

Poids habituel d’un bâton pliable alu : 250 à 300 g ; d’un pliable carbone : 200 à 250 g

Lire la suite 

 

  

 

 Entretenir son
sac de couchage en duvet :

 

L’été est fini. Vous allez ranger pour quelques temps votre sac de couchage en duvet d’oie ou de canard. Mais vous souhaitez le nettoyer et le préserver. Mais le duvet est une matière délicate dont il faut préserver le gonflant. Voici comment procéder.

 

Le lavage :

 

Vérifier toujours au préalable les instructions de nettoyage sur l’étiquette.

Lire la suite

 

Retour au sommaire

Votre avis nous intéresse :

Si vous avez 3 minutes, dites-nous ce que vous avez pensé de ce 6ème numéro. Cela nous permettra d'améliorer les suivants : Je donne mon avis

 

Recevez le RayonRandoZine :

Des articles clairs et concis :

  • Conseils pratiques
  • Retours d'expérience
  • Technique
  • Topos & destinations
  • Littérature rando et grande itinérance...

Abonnez-vous !

Vous recevrez gratuitement 1 magazine par mois pendant 12 mois.

Pas de pub. Pas d'emails commerciaux.