Sommaire n°8 - Novembre 2022 :

Randos raquettes autour du Puy de Sancy Lire l'article

Choisir un sac à dos adapté à sa taille  Lire l'article

Réchaud à bois : ça chauffe ? Lire l'article

 

 

 Randos raquettes autour du Puy de Sancy 

  

Point culminant du Massif Central, le Puy de Sancy est une bonne destination pour l’hiver : il y a en général de la neige et on y trouve un panel de randonnées et de paysages agréables et variés.

Je vous propose ici quelques idées de belles randonnées en raquettes, ainsi que quelques balades sans raquettes si la météo ne permet pas de rejoindre les crêtes. Je les ai réalisées lors de 2 séjours en février.

Les circuits présentés ici sont en général techniquement simples, mais attention aux conditions météos : sur les hauteurs le vent peut être puissant et glacial. Comme toujours, je vous incite à être prudent et à bien vous renseigner avant de partir.

  

Vallée de Chaudefour :

Elle vaut vraiment le détour. Ce versant du Sancy est le seul à ne pas être exploité par les stations de ski. La petite vallée de Chaudefour est à elle seule un parc naturel.

Voici 2 randonnées raquettes. Départ de puis le parking près de la maison de la réserve :  

  • Randonnée en fond de vallée
    En hiver comme en été, cette rando en aller-retour vous permet d’apprécier pleinement les charmes de la vallée. D’abord étroite et en forêt, la vallée s’élargit ensuite pour révéler de superbes paysages sur les sommets ainsi que sur une série d’aiguilles rocheuses aux noms évocateurs (la Dent de la Rancune, la Crête de Coq). Possible sans raquette selon l’enneigement.

  

  • De la vallée de Chaudefour au Puy de Sancy
    On prend le même sentier en fond de vallée avant d’obliquer à gauche après le pont Ste Anne à la fin du chemin carrossable. La montée en forêt à flanc de coteau est raide et nécessite de bonnes raquettes. On profite pleinement du paysage quand on rejoint la crête. Puis on rejoint le haut de la station de Super-Besse d’où on atteint le Puy de Sancy.

 

   

Ligne de crête Puy de Sancy - col de la Croix Morand :

Cette ligne de crête entre Chambon sur Lac et Mont Dore offre plusieurs possibilités de randonnées :

  • Des randonnées sur les crêtes qui offrent de vastes panoramas. Il faut être vigilant aux conditions météo, vous êtes sur les points hauts de la région, particulièrement exposés au vent.
    Points de départ possible : Depuis le col de la Croix Morand. Le Buron du col est un restaurant très accueillant !
    Vous pouvez partir en direction du Puy de la Tache et suivre la ligne de crête vers le Sancy. Peu de difficultés si ce n’est la météo ! Vous pouvez partir de l’autre côté pour une balade qui semble plus tranquile.
    Depuis le col de la Croix Saint Robert. On peut partir vers le roc de Cuzeau et le Puy de Sancy ou vers le Puy de l’Angle et rejoindre le chemin de crête qui rejoint le col de la Croix Morand.

 

 

  • Tour du lac de Guéry. Il s’agit du plus haut lac d’Auvergne (1240 m). Il était gelé lors de notre rando. La rando en forêt avec de belles vues sur le lac est très agréable. Petit détour possible pour voir la cascade. Le retour longe la route sur 1 km

 

Mont Dore :

Je vous propose 2 belles randos :

  • Depuis la ville, montée à la Grande cascade. On passe ensuite au-dessus pour le rejoindre le col de la Croix Saint Robert.

 

  • Depuis le Salon du Capucin sur le versant opposé : belle traversée en forêt avant de rejoindre les hauteurs dénudées et la crête avec de belles vues sur la station du Mont Dore et la crête opposée. Il faut payer un petit forfait raquette au départ.

 

  

Randonnées sans raquettes :

Si le temps est venteux, restez un peu plus bas pour profiter de belles ballades :

  • Lac Pavin :
    Incontournable, il faut y aller au moins pour jeter un coup d’œil à ce site hors norme : le lac occupe un cratère rond encore parfaitement dessiné. La randonnée fait le tour du lac par la gauche puis monte au petit sommet du Puy de Montchal et redescend de l’autre côté. On l’a fait sans raquettes.

 

  • Lac Chambon – Murol :
    Cette une bonne solution de repli si les hauteurs sont trop ventées. Le tour du lac, plat, est bien agréable. Il est possible également d’élargir la boucle pour rejoindre Murol avec une vue en contre-plongée sur l’impressionnant château.

 

  • L’aiguille du Marais : une balade incontournable là aussi. Si vous avez peu de temps, faites un simple aller-retour à l’aiguille du Marais et surtout poursuivez encore 5 minutes pour avoir la vue sur la paroi rocheuse et sur la forteresse de Murol en contre-bas. Si vous avez plus de temps, vous pouvez poursuivre jusqu’à Murol et revenir par un sentier plus bas qui relie Murol au lac Chambon. Vous pouvez également élargir la boucle en commençant votre ascension au pied des vestiges du château de Varennes.

  

Enfin, il serait dommage de ne pas découvrir le patrimoine historique : le château médiéval de Murol est une visite superbe, cette forteresse ronde, posée sur un cône est aussi impressionnante à l’extérieur qu’à l’intérieur. L’église de Saint Nectaire, perchée sur un bloc rocheux est majestueuse, lumineuse, abrite de somptueux chapiteaux sculptés (encore colorés) et de très belles statues de bois. Enfin, la cité médiévale de Besse mérite également une visite.

 

  

Vous l’aurez compris, les environs du Puy de Sancy offrent de belles balades en raquettes et, lorsque le temps est trop venteux, quelques belles randos plus abritées. Il y en a pour tous les goûts.

  

Retour au sommaire

 



 Choisir un sac à dos adapté à sa taille

 

Pour bien choisir son sac à dos, on se base le plus souvent sur le volume de rangement, le confort et l’équipement, et cela suffit.

Mais dans certains cas, vous vous demandez, quel sac à dos choisir en fonction de votre gabarit ?

 

Chez RayonRando, on nous demande régulièrement quel sac à dos sera adapté pour un randonneur de petite taille ou bien pour un randonneur de taille moyenne mais qui recherche un sac à dos gros litrage. Plusieurs questions sont associées à cette problématique :

  • Les dimensions du sac à dos sont-elles adaptées à ma taille de dos ?
  • Quel sac à dos choisir quand on est petit(e) ?
  • Comment choisir un sac à dos pour femme ?
  • Un sac à dos gros litrage ne risque t-il pas d’être trop encombrant pour mon gabarit ?

 

 Lire la suite

 

Retour au sommaire

 


 Réchaud à bois de randonnée: ça chauffe ?

  

Partir en bivouac avec un réchaud à bois ? Ce n’est pas vraiment une nouveauté. Mais la pratique s’est un peu développée ces dernières années. Chez RayonRando, on en vend pas mal, même si cela reste secondaire par rapport au réchaud à gaz.

Vous vous demandez si c’est vraiment une solution pratique ?

Sur le papier, le réchaud à bois présente plusieurs intérêts :

  • On est autonome en carburant partout : on trouve (presque) toujours du combustible pour alimenter le réchaud. Il n’y a plus de risque de se retrouver en panne de gaz.
  • On n’utilise plus de produit pétrolier et cela consomme peu de bois : le réchaud est petit, il n’y a pas besoin de grand-chose pour l’alimenter.
  • C’est compact et léger. Les modèles que nous proposons chez RayonRando se plient et pèsent 350 à 400 g, ce qui est comparable à un réchaud gaz léger et sa cartouche.

 

Oui mais, est-ce facile à utiliser et est-ce que ça chauffe vraiment ?

Pour le vérifié, j’ai testé le modèle Lumberjack de Robens. Je l'ai fait un jour de vent (et sans pare-vent), ce qui entraîne inévitablement un flottement de la flamme et une perte de rendement.

Voici le résultat de notre test du réchaud à bois de randonnée.

  

Installation : rapide

 

Plié, le réchaud est bien compact. Les différents éléments du réchaud sont emboités les uns dans les autres. Installer le réchaud ne prend que quelques secondes. Aucune difficulté de ce point de vue.

 

  

Allumage : simple

 

J’ai ma petite provision de bois : quelques brindilles et quelques branches de petites tailles, que j’ai ramassées et cassées à la main. Pour l’allumage, je procède au plus basique : mon briquet, un mouchoir en papier et quelques brindilles.

Premier constat : ça prend vite et le tirage est bon. Il faut dire que la base du réchaud est percée ce qui permet un tirage optimal.

 

 

 

Phase de chauffe : bon tirage et peu de fumée 

 

Je charge ensuite avec du bois un peu plus gros. Il faut parfois que je le recasse, car il faut vraiment des morceaux de quelques centimètres.
A noter que ce modèle dispose d’une double paroi : l’air chaud remonte à l’intérieur et est expulsé juste au-dessus des flammes. Cet air réchauffé permet d’enflammer tous les gaz et d’optimiser la combustion. Cela présente 2 intérêts : un bon rendement énergétique pour chauffer au maximum et peu de fumée.

 
                            Double paroi                                               On voit l'effet de la double paroi

 

De fait, je constate que, si le réchaud fume à l'allumage, il n'y a plus du tout de fumée une fois qu'il est chaud et que le bois est enflammé. Lorsque je recharge bien le réchaud, il y a une nouvelle phase avec un peu de fumée jusqu'à ce que les flammes la fassent disparaitre complètement. Hormis durant les phases d'allumage et grosse recharge, la fumée génère donc peu de gêne. Il faut dire que j’ai pris soin de mettre du bois sec. La petite taille du foyer contribue également à ce confort d’utilisation.

  

Cuisine et cuisson : moins pratique qu'un réchaud gaz

 

Mon réchaud est allumé. Je pose le support de casserole.

Passons maintenant à la cuisine. Je fais un test avec une popote standard (sans répartiteur de chaleur) dans laquelle je mets 0.75 L d’eau et que je couvre de son couvercle.

 

 

Permière phase :

Je laisse chauffer sans ajouter de bois. Au bout de 7-8 minutes, je vérifie mon eau. Elle est suffisamment chaude pour me faire un café lyophilisé, mais je peux y tremper le doigt. On est donc loin de l'ébullition. En soulevant la popote, je constate qu'il reste la braise mais qu'il n'y a plus de flamme. Ca ne chauffera donc pas plus.

 

 

Deuxième phase : 

Je refais le plein de bois. Comme il n'y avait plus de flamme, le réchaud refume un peu avant de repartir en combustion optimale. J'aurais sans doute dû réalimenter en bois plus tôt pour une combustion et une chauffe optimale.

 

Au bout de 5-6 minutes, je vérifie l'eau : cette fois c'est très chaud. Mais ça ne bout toujours pas. Cela suffirait pour la soupe et sans doute pour un lyophilisé.

 

Troisième phase :

Je n'attends plus une hypothétique ébullition, je recharge en bois et tente une cuisson.

Je mets des pâtes 6 minutes. Evidemment, sans ébullition elles ne sont pas cuites en 6 minutes. J'attends 12 minutes (sans réalimenter en bois), cette fois-ci c'est un peu trop à mon goût. Donc, on peut cuire, mais il faut plus de temps qu'avec un feu gaz et il est préférable d'alimenter régulièrement en bois.

 

 

Entretien : simple

 

Côté salissure maintenant, ma popote est anodisée (et a déjà beaucoup servi) donc, à l’œil, je ne discerne aucune trace de suie. Mais, bonne surprise, en passant le doigt sous la popote, je ne récolte pas de suie non plus. Cela parait logique puisque la carburation est très efficace et brule bien les fumées. Cela signifie aussi que je ne vais pas tout salir et que le nettoyage sera aisé.

Attention, toutefois, j’ai utilisé du bois bien sec. C’est la condition pour avoir une combustion optimale.

Côté réchaud, il suffit de le vider une fois la combustion achevée. Il se range dans une housse incluse. Pas la peine de le laver avant la fin trek.

  

En conclusion :

 

Oui, le réchaud à bois fonctionne pour un usage en randonnée.

Mais je le trouve beaucoup moins pratique qu'un réchaud gaz sur 2 aspects :

  • La chauffe est moins forte donc cela prend plus de temps si on a besoin de faire cuire. Au quotidien, c'est forcément plus de temps à consacrer à la préparation des repas.
  • L'utilisation n'est pas sans contrainte : il faut trouver du bois sec et le couper en petits morceaux ; il y a forcément un peu de fumée au démarrage (voire plus si le bois est humide), il faut surveiller la flamme et alimenter régulièrement en bois, ce qui suppose de retirer la popote. Par temps de pluie, ou par grand vent, c'est plus contraignant.

Côté positif :

  • La manipulation du montage jusqu'à l'entretien est simple. C'est facile à allumer et à utiliser. Il n'y a pas besoin de beaucoup de combustible. On peut garder une petite provision de bois dans son sac et se réapprovisionner facilement.
  • Pour simplement réchauffer ou mijoter, c'est assez rapide (mais moins que le gaz). Pour cuisiner, c'est possible, mais il faut déjà plus de temps.

 

Par rapport aux conditions du test, je pense qu'on peut améliorer les performances du réchaud à bois de plusieurs façons : en utilisant un pare-vent pour protéger la flamme, en utilisant une popote avec répartiteur de chaleur pour optimiser le transfert de chaleur, et en privilégiant les cuissons rapides (pâtes 3 minutes, purées, lyophilisés).

 

En résumé, le recours au réchaud à bois est tout à fait possible mais relève plus d'un choix de conviction que de performance. Il apporte également une sécurité aux personnes qui craignent de ne pouvoir se réapprovisionner en gaz durant leur périple.

 

Retour au sommaire

Votre avis nous intéresse :

Si vous avez 3 minutes, dites-nous ce que vous avez pensé de ce 5ème numéro. Cela nous permettra d'améliorer les suivants : Je donne mon avis