Sommaire n°10 - Janvier 2023 :


Comment choisir ses raquettes à neige ? Lire l'article

Test bâtons pliable Ferrino vs TSL Lire l'article

Les meilleurs sacs de couchage grands froids Lire l'article

 

 

 

 Comment choisir ses raquettes à neige TSL ?

 

En matière de raquettes à neige, le choix n’est pas toujours évident car il existe des modèles très différents. Nous vous proposons ici un guide pour bien choisir ses raquettes à neige en sélectionnant 3 critères successifs :

  • Taille et portance
  • Accroche et terrain
  • Fixations et confort.

Vous pourrez ainsi faire le bon choix parmi nos raquettes TSL, dont nous avons sélectionné les raquettes les plus adaptés aux différents usages.

  

1) Taille et portance

 

Les raquettes TSL indiquent en général une pointure et poids mini et maxi. Cependant ces indications n’aident pas toujours à choisir car elles sont très larges. Par exemple, les raquettes TSL Highlander Access M sont indiquées pour une pointure de 39 à 47. Et surtout, votre pointure n’est pas vraiment votre critère de choix.

 

Il y a en effet 2 points à prendre en considération :

  • La portance : plus la taille est grande, plus le chassis est grand et meilleur sera la portance sur la neige. Bien sûr, votre besoin de portance dépend de votre poids : vous vous enfoncerez moins dans la neige si vous faites 55 kg que 95 kg ; vous n’aurez donc pas besoin d’un chassis aussi grand dans le premier cas.

  • L’aisance de marche : il peut être tentant de prendre un grand chassis pour une meilleure portance, mais si vous faites 1 m 60 avec des jambes plutôt courtes, vous risquez de vous marcher sur les raquettes car votre longueur de pas sera plus courte que si vous faites 1m85 avec de longues jambes.

Ce dernier critère, lié à votre taille, nous parait essentiel chez RayonRando. Pour faire simple, nous vous conseillons de prendre les raquettes de taille moyenne (M, 425, 418, selon les modèles) si vous faites moins d’1m70 et de prendre les grandes tailles (L, 435, 438 selon les modèles) si vous faites plus de 1m70. Et si vous faites autour d’1m70 avec les jambes plutôt courtes, c’est la taille moyenne et avec des jambes plutôt longues, c’est la grande taille.

  

 

Votre poids sera le deuxième critère d’ajustement. Si vous êtes « petit mais costaud », par exemple 90 kg, il peut être pertinent de prendre la grande taille, mais avec potentiellement un effort à faire pour adapter votre pas au grand chassis.

Inversement, si vous êtes grand, mais pesez moins de 70 kg tout chargé, vous serez sans doute aussi à l’aise avec une taille moyenne.

  

Si vous n’avez pas d’expérience de la rando raquettes, restez sur le critère de taille, c’est le plus sûr. Sachez que de toute façon, il y a un petit temps d’adaptation pour trouver un pas naturel quand on commence à marcher avec les raquettes.

Enfin, ayez en tête que les raquettes les plus accrocheuses (point suivant) ont des chassis plus grand que les raquettes pour balade facile.

 

2) Accroche et terrain

 

On distingue les modèles standards des modèles « accrocheurs ». Les modèles standards ont un châssis rigide avec un léger rebord et sont dotés de 6 pointes ainsi que de la griffe métallique située à la pointe du pied et qu’on retrouve sur tous les modèles.

Les modèles accrocheurs, en plus des pointes, disposent de dents métalliques voire de rails métalliques qui permettent de « mordre » dans toutes les neiges. Les châssis, plus longs que les modèles standards, disposent également de points d’accroche (pour éviter de glisser dans la montée comme dans la descente), le châssis est en général plus souple pour compenser sa plus grande taille et permettre un bon déroulé du pied.

 

Parmi ces modèles accrocheurs, vous trouvez ainsi :

  • Les raquettes 418 et 438 Up & Down Grip qui disposent de rails métalliques et sont particulièrement adaptés aux fortes pentes.

  • Les TSL Highlander Access offrent un grand châssis avec des barres et des rails très accrocheurs.

  • Les raquettes Symbioz Hyperflex Original offrent une forte accroche sur un châssis souple pour s’adapter à tous les terrains et toutes les neiges.

 

Pour bien choisir, chez RayonRando nous vous conseillons de déterminer votre besoin par rapport :

  • Au terrain : si vous restez sur les circuits balisés des stations ou sur des circuits faciles sur lesquels la trace est déjà faites, les modèles standards sont suffisants. Si vous devez rencontrer des terrains variés, forte pentes, coteaux en dévers, neige de toute consistance (poudreuse, dure), dans ce cas, une bonne portance et une bonne accroche sont nécessaire.
  • A votre pratique : si vous pratiquez fréquemment dans des conditions variables, il peut être intéressant d’investir un peu plus et d’avoir un modèle qui passe partout.

 

3) Fixations et confort

  

Pour nous chez RayonRando, ce dernier point est en général plus secondaire. Il reste cependant important si vous avez un usage régulier de vos raquettes, ainsi que si vous êtes amenez à déchausser et rechausser durant votre randonnée, par exemple en raison d’alternances de neige et de zones caillouteuses où les raquettes peuvent s’abimer.

Dans ce cas, des raquettes faciles à chausser de déchausser seront appréciable.

 

Les raquettes à neige TSL proposent toutes une crémaillère pour s’ajuster à la pointure de vos chaussures. De même, elles disposent d’une cale de montée, parfois utile dans les fortes pentes. Ces cales peuvent souvent se déplier avec le bâton, et se replient à la main.

Les autres systèmes de réglages proposés sont plus ou moins pratiques. Plus on monte en gamme, plus on pourra ajuste facilement les dimensions des fixations. Le point le plus important selon nous étant le système de serrage au niveau du coup de pied et secondairement le serrage au niveau de la pointe du pied.

  

En conclusion :

 

Une fois validé le format adapté à votre taille et gabarit, identifiez bien les quelques critères de pratiques et de terrains rencontrés pour choisir une raquette plus ou moins grande et plus ou moins accrocheuse.

Les raquettes à neige sont un investissement durable, il peut donc être intéressant de choisir un modèle un peu plus polyvalent que ne l’exige votre besoin immédiat, et qui vous suivra au fil des années.

 

Retour au sommaire

 

 

 Le match bâtons:
Ferrino Thui vs Tsl Carbon 3 Compact

 

RayonRando vous propose un test comparatif de 2 bâtons de randonnée. Nous les avons utilisés en alternance durant 3 semaines dans les Pyrénées. De quoi se faire un bon avis sur les 2 spécimens.

  • A gauche : les bâtons Ferrino Thui, équipés d’un système de déploiement innovant (inspiré de Komperdeel ?)
  • A droite, les bâtons TSL Carbon Compact 3 Light, comme leur nom l’indique, en carbone, compacts, légers

 

A l’usage, voici le résultat des courses :

 

Champion des poids plume : le Tsl Carbon 3 Compact 

 

A 166 grammes, j’ai l’impression de manipuler des baguettes. C’est très agréable. Le Thui fait 270 g, ce qui est un poids standard ; on ne se sent pas lesté…

 

 

Déploiement / repliage : avantage Thui

 

C’est là où le Ferrino Thui fait la différence : il n’y a pas de manipulation à faire, quand je décroche les brins, ils tombent, s’emboitent et se solidarisent tout seuls. Il n’y a rien à faire et c’est instantané. Magique !

Par ailleurs, le brin du haut s’ajuste avec un brin à loquet. Vous pouvez donc conserver votre réglage, il sera à la bonne taille dès le déploiement.

Enfin, le repliage est également très facile.

 

Cela dit, le TSL Carbon 3 est facile à manipuler avec ses 2 loquets. En hiver, on appréciera de pouvoir les manipuler avec les gants. Les brins coulissent facilement. Il faut bien sûr ajuster la taille à chaque déploiement.

 

Transport rangement :

 

Le bâton Ferrino Thui est super compact avec ses 40 cm. C’est bien pratique pour mettre à l’intérieur d’un sac (voyage en soute par exemple).

Mais le TSL Carbon 3 Compact est compact pour un télescopique (65 cm). Une astuce : pour le ranger dans un sac à dos, je déboite les brins ce qui réduit l’encombrement.

 

 

Et à l’usage ?

  

J’ai trouvé le confort de poignée et la prise en main agréable pour les 2 bâtons. Petite différence, le Thui dispose d’un manchon long qui permet de le saisir plus bas, pour les passages en dévers par exemple

Confort à l’impact : en les utilisant pointes dénudées (situation habituelle en montagne), j’ai trouvé le confort à l’impact également confortable (pas de vibration, ni de sensation de choc). Mais le TSL se démarque car il est fourni avec des embouts spécifiques TSL en forme de pattes d’araignée. Je les ai utilisé 3 jours : ils ont bien résisté à l’usure et apportent un vrai confort à l’impact (ça ne glisse pas et l’amorti est bon)

 

  • Confort dans le mouvement : la légèreté du TSL est vraiment super agréable. J’ai retrouvé le plaisir que j’ai avec les bâtons ultra-légers Compacts de Fizan. Même si le Ferrino n’est pas lourd, c’est un avantage pour la rando en itinérance quand on chasse les grammes.

Fiabilité du serrage : elle est bonne pour les 2. En théorie, il y a plus de risque de desserrage sur le TSL car 2 points de serrage au lieu d’1 pour Ferrino. Mais dans les faits, ça tient bien. Pour les 2 modèles, il faut penser de temps en temps à ajuster la vis de serrage quand on démarre la journée (le loquet doit un peu forcer lorsqu’on le ferme).

Ajustement de la longueur durant le parcours : il est également facile pour les 2 car ils disposent tous les 2 d’un système à loquet, et on n’ajuste que la longueur d’un brin sur le TSL.

 

En conclusion :

 

A l’usage sur un test RayonRando de 3 semaines, j’ai trouvé que les 2 bâtons étaient presqu’également agréables à l’usage.

Pour départager les 2, ma conclusion est donc très subjective : en montagne, je préfère plutôt la légèreté du TSL durant la marche ainsi que son pliage télescopique plutôt que le système avec élastique « volante » du Ferrino.

 

Cependant, je pense que si vous avez des parcours durant lesquels vous gardez toujours la même longueur de bâton (en plaine, sur la côte…), le Ferrino est le plus plaisant à utiliser : il suffit de le déployer et il est immédiatement à la bonne taille. C’est vraiment pratique.

Dans les 2 cas, il me semble que le rapport qualité/prix est bon, sachant qu’il est possible d’avoir la version aluminium du TSL quasiment au même prix que le Ferrino (mais un peu plus lourde que la version carbone).

 

Vous retrouvez ces différents modèles sur votre boutique RayonRando.com.

  

Retour au sommaire

 

 Les meilleurs sacs de couchage grand froid

 

Choisir un sac de couchage pour les froids sévères n’est pas toujours simple. Il faut un confort thermique suffisant et qui n’expose pas au risque d’hypothermie par température très négative ou si la météo se dégrade. Mais il faut concilier ce critère avec des contraintes de poids, d’encombrement ou encore de résistance à l’humidité.

RayonRando vous propose une sélection des meilleurs sacs de couchage grand froid pour affronter l’hiver :

 

Le synthétique qui cumule les protections :
X-Trem 2.0 (Wilsa)

 

Le sac de couchage Wilsa X-Trem 2.0 est adapté au grand froid (confort -8°C/ limite -13°C) en cumulant les protections :

  • Une première fibre d’isolant synthétique optimise le gonflant et est associé à une 2ième fibre dotée d’une couche d’argent pour réfléchir la chaleur du corps ;
  • Une grosse collerette d’épaule qui permet d’éviter toute fuite d’air chaud lorsqu’on bouge, sans avoir à fermer totalement la capuche ;
  • Un compartiment à l’intérieur de la capuche, accessible sous la collerette, permet de dormir en chien de fusil avec le bras sous la tête, toujours sans fuite d’air, ou encore d’y placer un oreiller qui ne bougera pas la nuit.

Voir le produit 

 

Le synthétique intermédiaire économique :
Anapurna (Husky)

 

Accessible à toutes les bourses, le sac de couchage Husky Anapurna offre une protection rassurante (confort -4°C, limite -10°C) grâce à un garnissage généreux (un peu plus lourd de ce fait que des alternatives plus onéreuses).

Voir le produit

 

Le synthétique à dormir dehors :
Grand Nord II (Wilsa)

 

Même pas peur ! Il fait très froid, mais vous êtes prêt à dormir dehors ? Regardez le sac de couchage Grand Nord II de Wilsa (confort -10°C, limite -15°C). Outre le garnissage de 4 couches de fibres creuses siliconées et la collerette d’épaule, il se démarque par un tissu extérieur imperméable et respirant et par un bourrelet de tour de tête qui permet de fermer la capuche en ne gardant qu’une petite ouverture rembourrée. Vous pouvez dormir à la belle étoile sans vous geler le visage.

Voir le produit

 

Le duvet polyvalent à zip complet :
Trek TK III (Sea to summit)

 

Changement de catégorie avec ce duvet grand froid : le Trek Tk III de Sea To Summit (confort -5°C, limite -11°C) permet de profiter du duvet de canard si agréable et traité hydrophobe (ce qui permet de le protéger de l’humidité mais aussi de préserver son gonflant naturel). Le contact du tissu est agréable et un zip sur toute la longueur du sac permet d’être parfaitement à l’aise. Il est plus léger, plus compact, mais aussi plus onéreux que les sacs grand froid en synthétique.

Voir le produit

 

Le duvet hydrophobe léger et efficace :
Questar 0F/-18C (Therm a Rest)

 

Vous voulez encore mieux ? Découvrez le sac de couchage Questar 0F / -18C de Thermarest (confort -10°C, limite -18°C). Ce duvet ultra-léger grand froid permet d’avoir une solution assez légère et compacte pour être transportée facilement dans son sac à dos. On part là aussi d’un duvet de qualité traité hydrophobe (Nikwax) avec une construction par zone qui permet d’isoler plus les zones les plus sensibles. S’y ajoute un isolant supplémentaire sur les coutures, une collerette d’épaule et des finitions soignées.

Voir le produit

 

Le plus chaud :
Serac 900 (Robens)

 

C’est le plus chaud, mais pas le plus lourd, ni le plus encombrant, le sac de couchage Robens Serac 900 offre une température de confort de -12°C et une limite à -20°C. Son secret ? L’utilisation d’un duvet au pouvoir gonflant de 900 cuins, soit quasiment le maximum possible ; l’ajout de 15% de plumette pour « structurer » le garnissage et éviter qu’il ne s’écrase ; une construction en H qui assure une répartition constante du duvet et empêche tout pont thermique.

Voir le produit

 

Et si je veux un sac de couchage couverture (rectangulaire) ?
Camper Suprème (Outwell)

 

Et bien, je vous dirais que vous en demandez beaucoup. Il est difficile d’optimiser la protection thermique dans un sac rectangulaire, puisqu’il contient un volume d’air plus important à chauffer. Allez, c’est bien parce que c’est vous : je vous propose le Camper Suprème de Outwell (confort -3°C, limite -9°C). Large de 90 cm, tissu intérieur 100% coton, oreiller intégré moelleux : dites-donc, il vous en faut du confort ! Par contre, c’est lourd et encombrant : à réserver à un usage van, camping car ou votre cabane au fond des bois.

Voir le produit

 

En conclusion :

Pour les températures négatives, privilégiez le critère de la température de confort pour orienter votre choix. Vous avez maintenant une sélection de sacs de couchage grand froids qui optimise différents critères (confort, praticité, etc) et vous permettra de choisir au mieux selon vos priorités.

 

Retour au sommaire

 

Recevez le RayonRandoZine :

Des articles clairs et concis :

  • Conseils pratiques
  • Retours d'expérience
  • Technique
  • Topos & destinations
  • Littérature rando et grande itinérance...

Abonnez-vous !

Vous recevrez gratuitement 1 magazine par mois pendant 12 mois.

Pas de pub. Pas d'emails commerciaux.